AutoScout24 Europe's car market for new and used cars

Le Brexit pourrait sonner la fin de la plus grande usine automobile du Royaume-Uni

Le Brexit pourrait sonner la fin de la plus grande usine automobile du Royaume-Uni submitted by 3615ulla to brexit [link] [comments]

Automobile: l'Union Européenne doit rester unie face à Trump, selon Bercy

Automobile: l'Union Européenne doit rester unie face à Trump, selon Bercy submitted by This_Is_The_End to internationalaffairs [link] [comments]

États-Unis : la menace des « subprime » automobiles grandit

États-Unis : la menace des « subprime » automobiles grandit submitted by Wild_Haggis_Hunter to france [link] [comments]

(Monde) Donald Trump menace de quitter l’Organisation mondiale du commerce | Le président des Etats-Unis a par ailleurs estimé que la proposition de l’UE d’éliminer les droits de douanes dans le commerce automobile n’était pas satisfaisante.

submitted by Mukhasim to UMukhasimAutoNews [link] [comments]

List of all French brands to boycott due to French Anti-Islam polices.

List of all French products to boycott Major brands: * Accor * Activia * BNP Paribas * Air France * Bonne Maman * Bugatti Automobiles * Carrefour * Cartier (jeweler) * Chanel * Citroën * Clarins * Clear (shampoo) * Danone * Dior * Évian * Garnier * Hermès * Ibis (hotel) * Ibis Budget * Ibis Styles * Kenzo (brand) * L'Occitane en Provence * L'Oréal * Lion-Peugeot * Longchamp (company) * Christian Louboutin * Mercure (hotel) * Michelin * Perrier * Peugeot * Président (brand) * Renault * Sanofi * Sephora * Tefal * Total SE * Ubisoft * Volvic (mineral water) * Louis Vuitton * Waterman Pen Company * Yoplait * Yves Rocher (company) * Yves Saint Laurent (brand)
0–9 * 12 bis A * A.L.B (Watches) * A.P.C. * Accor * ACMAT * Activia * AG2R La Mondiale * Air Caraïbes * Air France * Aixam * Albingia * Alstom * Alter Eco * Amora (mustard) * Andros (company) * Anne Fontaine (brand) * Arc Holdings * Archos * Areva * Armand de Brignac * Arturia * AT Internet * Atari SA * Au Départ * Auchan * Dominique Aurientis * Automobiles Chatenet * Automobiles ERAD * Aux Etats-Unis * Axa B * Babolat * Baccarat (company) * Badoit * Balenciaga * Banania * B&B Hotels * Baron de Lestac * Beneteau * Betjeman & Barton * Bière de Garde * BNP Paribas * Bonnat Chocolates * Bonne Maman * Bookeen * Vera Borea * Boucheron * Bourjois * Bouygues Telecom * Brandt (brand) * Brasserie Thiriez * Bricomarché * Buffet Crampon * Bugatti Automobiles * BUT (retailer) C * Cacharel * CAMECA * Campingaz * Canson * Carambar * Carrefour * Carrefour Planet * Cartier (jeweler) * Groupe Casino * Castel Group * Castorama * Caudalie * Champagne Binet * Champagne Gauthier * Champagne Krug * Champagne Mercier * Dom Pérignon * Champagne Louis Nicaise * Chanel * Charles Heidsieck (Champagne) * Chaumet * Chloé * Chocolat Poulain * Christian Dior Ready-to-Wear runway collections * CIAT Group * CIJ * Citroën * Clarins * Clear (shampoo) * Clément Tyres * Club Med * CMA CGM * Comptoir des Cotonniers * Constellium * Courvoisier * Crédit Agricole * Crédit Industriel et Commercial * Crédit Mutuel * CS Communication & Systèmes D * S. T. Dupont * Dailymotion * Dane-Elec * Dangel * Daniel Hechter Paris * Danone * Dassault Group * Daum (studio) * De La Chapelle * Delair * Delbeck * Delsey * Derby (French car) * Dior * Total Direct Énergie * Dragon Bleu * Dufour Yachts * Duralex * Duralex Picardie E * Eisenberg Paris * Benoît-Pierre Emery * Engie * ESI Group * Essilor * EssilorLuxottica * Évian * Exagon Engineering F * Faiveley Transport * Fareva * Fauchon * Fauré Le Page * Faurecia * Fenocchio * Fenwick Groupe * Fine Champagne * Fnac * Focal-JMLab * Fragonard Parfumeur * Frapin * French Bee * Fromy, Rogée & Co G * Garnier * Gauloises * Gimar Montaz Mautino * Gini (soft drink) * Gitanes * Gitzo * Goyard * Grenoville * Grey Goose (vodka) * Groupama * Guerlain * Gunhild (clothing) H * Handpresso * Pierre Hardy (fashion designer) * Haulotte Group * Hennessy * Hermès * Hervé Chapelier * Jean-Paul Hévin * Hollywood Chewing Gum * Houbigant Parfum * Hutchinson SA I * Ibis (hotel) * Ibis Budget * Ibis Styles * Iliad SA * In'oya * Ingenico * Invoxia J * J. P. Chenet * Jeanneau * JOB (rolling papers) * Joon (airline) * Juery K * Kenzo (brand) * Keolis * Koenig (organ builder) * Kolibree * Kookai * Krampouz * Kréma * Kronenbourg Brewery L * L-ACOUSTICS * L'Occitane en Provence * L'Oréal * La Cornue * La Rochere * Laboratoires Expanscience * Laboratoires Pierre Fabre * Laboratoires Servier * LaCie * Christian Lacroix * Lactalis * Ladurée * Lafarge (company) * Lag (company) * Lalique * Lancel (company) * Lancôme * Lanvin (company) * Guy Laroche * Laster Technologies * Laurent-Perrier * Le Chameau * Le Coq Sportif * Le Zèbre
L * E.Leclerc * Legrand (company) * Léo Marciano * Leroy Merlin * Lestra * Level (airline brand) * Lion-Peugeot * Loft design by * Longchamp (company) * Christian Louboutin * Louis XIII (cognac) * Luneville Faience * Lyreco M * Mainbocher * Maison Devambez * Maison Maquet * Majorette (toy manufacturer) * Make Up For Ever * Malabar (chewing gum) * Malesan * Malletier * Manitou Group * Maped * Marais (company) * Marigaux * Marithé et François Girbaud * Maritima Ferries * Mavic * Mazars * Mazlo * MBK (Scooter manufacturer) * Melvita * Rodolphe Menudier * Mercure (hotel) * Michel Cluizel * Michelin * Microcar (brand) * Midual * Mir:ror * MobiWire * Moët & Chandon * Monoprix * Morabito (brand) * Motul (company) * Moulinex * Roland Mouret * Mouton Cadet * Moynat * MPM Motors * Murex (financial software) N * Nexans * Nidec Leroy-Somer * Niderviller pottery O * Orange S.A. P * Panzani * Parfums Givenchy * Parrot SA * Paule Ka * Pequignet * Perrier * Perrin Paris * Petrossian (business) * Peugeot * PGO (automobile) * Pinnacle vodka * Poclain * Poliakov (vodka) * Poma * Power Vehicle Innovation * Président (brand) * Promod * Pyral Q * Quadient * Quechua (brand) R * Radiall * Automobiles Rally * Red Bicyclette * Rémy Cointreau * Rémy Martin * Renault * Parapluie Revel * Nina Ricci (brand) * Rizla * Roady (Mousquetaires) * Rochas * Louis Roederer * Rorgue * Ruinart (Champagne) S * Salomon Group * Sanofi * Schneider Electric * Scorpa * Sennelier * Sephora * Septodont * Sescoi * SFR * SGC (wine) * Sixpack France * Skis Rossignol * SNCF * Société Bic * Société Générale * Sodemo Moteurs * Sodern * Soitec * Solairedirect * Solar Euromed * Solex Carburetor * Solido * Staub (cookware) * Suez Environnement T * Technal * Tecnifibre * Tefal * Thiers Issard * Three Barrels * Total SE * Transdev * Trekking sarl U * Ubisoft * Emanuel Ungaro V * Valeo * Vallérysthal * Valrhona * Vandoren * VéloSoleX * Vergnet * Veuve Clicquot * Vicat * Vilebrequin * Vivendi * Roger Vivier * Volvic (mineral water) * Voxan * Louis Vuitton W * Waterman Pen Company * Wiko * Winoa Y * Yema (watch) * Yoplait * Yves Rocher (company) * Yves Saint Laurent (brand) Z * Zig-Zag (company) * Zodiac Aerospace
submitted by Mega_whale to MuslimLounge [link] [comments]

(Monde) Les Européens se préparent à subir les sanctions américaines sur l’acier | Les exemptions aux taxes décidées par les Etats-Unis expirent le 1er mai et pourraient ne pas être renouvelées : Washington veut des concessions unilatérales sur l’automobile.

submitted by Mukhasim to UMukhasimAutoNews [link] [comments]

(Monde) Retards à l’allumage pour la voiture de demain | Accidents mortels mettant en cause des voitures autonomes, assouplissements des normes antipollution aux Etats-Unis…, le futur automobile avance au ralenti.

submitted by Mukhasim to UMukhasimAutoNews [link] [comments]

(Figaro) Une marque automobile chinoise va changer de nom pour séduire les Américains | GAC Motor a décidé de changer le nom de sa marque Trumpchi, pour favoriser son arrivée aux États-Unis en 2019. Le groupe deviendrait alors le premier constructeur chinois à entrer sur le marché américain.

submitted by Mukhasim to UMukhasimAutoNews [link] [comments]

La France devient le cinquième partenaire commercial mondial de l'industrie automobile britannique alors que la demande mondiale stimule la production automobile du Royaume-Uni en 2017

La France devient le cinquième partenaire commercial mondial de l'industrie automobile britannique alors que la demande mondiale stimule la production automobile du Royaume-Uni en 2017 submitted by prnewswireadmin to prnewswire [link] [comments]

(Monde) Automobile : au salon de Detroit, les constructeurs américains roulent des mécaniques | Le salon international de l’auto, qui commence lundi, va être le théâtre d’une bataille des gros 4 × 4 urbains, dont les Etats-Unis raffolent toujours autant.

submitted by Mukhasim to UMukhasimAutoNews [link] [comments]

(Monde) Le constructeur automobile BMW rappelle un million de véhicules | La marque entend ainsi parer à un risque d’incendie. La plupart des véhicules se trouvent aux Etats-Unis.

submitted by Mukhasim to UMukhasimAutoNews [link] [comments]

(Monde) Aux Etats-Unis, le marché automobile donne des signes de faiblesse | Les ventes de voitures ont baissé en avril, pour le quatrième mois d’affilée.

submitted by Mukhasim to UMukhasimAutoNews [link] [comments]

(Monde) Scandale Volkswagen : Bosch va payer plus de 300 millions de dollars aux Etats-Unis | L’équipementier automobile allemand est accusé d’avoir aidé Volkswagen à dissimuler l’existence du logiciel illégal qu’il lui avait lui-même fourni.

submitted by Mukhasim to UMukhasimAutoNews [link] [comments]

(Monde) Diesel : Volkswagen plaide coupable de fraude et passe à la caisse | Le constructeur automobile allemand a accepté de verser 4,3 milliards de dollars supplémentaires d’amendes et de pénalités civiles pour clore l’affaire des moteurs truqués aux Etats-Unis.

submitted by Mukhasim to UMukhasimAutoNews [link] [comments]

(Figaro) Ford fait une concession au futur président américain | Donald Trump avait dénoncé le groupe, symbole des délocalisations de l'industrie automobile américaine, et parlé d'imposer de fortes taxes à l'importation aux voitures fabriquées hors des Etats-Unis.

submitted by Mukhasim to UMukhasimAutoNews [link] [comments]

(Monde) Les constructeurs automobiles donnent des gages à Donald Trump | Alors que le Salon de Detroit ouvre lundi 9 janvier et que le président élu a multiplié les attaques ces derniers jours, Fiat-Chrysler a annoncé le rapatriement aux Etats-Unis d’une production de pick-up fabriqués au Mexique.

submitted by Mukhasim to UMukhasimAutoNews [link] [comments]

(Monde) Fiat Chrysler annonce la création de 2 000 emplois aux Etats-Unis | La décision du groupe américano-italien intervient au moment où les constructeurs automobiles sont sommés par Donald Trump de cesser leurs délocalisations.

submitted by Mukhasim to UMukhasimAutoNews [link] [comments]

(Monde) Ford renonce à construire une usine au Mexique et investit au Michigan | Le deuxième groupe automobile américain devait consacrer 1,6 milliard de dollars à ce projet au Mexique. Il consacrera la moitié de la somme à des investissements aux Etats-Unis.

submitted by Mukhasim to UMukhasimAutoNews [link] [comments]

International student- Getting Masters of Physiotherapy in Australia at USYD ADVICE needed

Hi!
I am a Canadian international student currently finishing up undergrad in the USA. I will be graduating in June with a Bachelor's in Exercise and Sport Science with a concentration in pre-allied health. I studied abroad last semester at USyd, however had to get sent home due to COVID :( I loved the school, loved Australia, and am hoping to come back for graduate school!
I have been going back and forth between getting my masters in OT or PT, however I know Physiotherapy is more competitive. My current GPA is 5.25 out of 7.0, I have all the pre-reqs, and I will be graduating with hopefully a 5.43 GPA if my last two semesters go as planned.
I did not do well my first year of uni, I left that year with a 2.45 out of 7.0 GPA and failed almost all. my classes due to a major automobile accident, so I have worked super hard to get it up to the 5.25 that it is now and I am pretty proud of that. However, I don't know if that is even high enough to get into the USyd masters.
On the GEM Physiotherapy information on the USyd page, it says to apply you need a 4.5 out of 7.0 GPA and all the pre-recs- which I have both of those things. However, after emailing with the course coordinator, on graduate applications, USyd only looks at GPA and pre-recs- apparently Usyd does not look at any volunteer, extracurricular, internship, or work experience, nor do they consider letters of recommendation or personal statements. My extracurriculars, experience, and recommendations are very above average, but my GPA is not, and I am afraid that since I cannot explain my situation from first year in a personal statement/essay, Usyd will not consider me for application because they will see the F's from my first year with no explanation.
I am very worried to even waste my time/money applying when they will only look at my sub-par GPA. I was wondering if anyone else has got into the GEM Physiotherapy or Occupational Therapy courses with GPAs similar to mine, or as international students. Or, if anyone had a chance to explain their story in an interview or personal statement somehow. I would appreciate any advice I could get, as the USyd program is my top choice :) Thank you so much in advance!
submitted by plant-gal to physiotherapy [link] [comments]

Le modèle amish vaut-il mieux que le modèle start-up?

https://www.mediapart.fjournal/culture-idees/280920/le-modele-amish-vaut-il-mieux-que-le-modele-start?page_article=2
Quel rapport à la technique entretiennent Emmanuel Macron et les écologistes ? Selon l’historien François Jarrige, l’offensive en cours sur la 5G atteste la résurgence de l’idée de progrès, ainsi que l’incapacité d’inventer des rapports sociaux moins destructeurs de notre environnement.
Un moratoire et un débat. Voilà ce qu’ont réclamé une soixantaine d’élus, dont de nouveaux maires écologistes, à propos du déploiement de la 5G, cette technologie permettant d’augmenter le débit de données sur la téléphonie mobile. Emmanuel Macron a clos la discussion en les taxant d’« Amish ».
Quelles conceptions de la technique se font donc face dans cette controverse ? Si le président de la République semble rejoindre les intérêts économiques les plus puissants et les visions les plus naïves du progrès, la remise en cause du progrès à tout prix est-elle récupérable par des mouvements conservateurs ?
📷 François Jarrige. © DR Nous abordons ces questions avec l’historien François Jarrige, maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Bourgogne et spécialiste des « technocritiques ». Son œuvre a contribué à « défataliser » l’histoire des choix techniques opérés par nos sociétés depuis l’ère industrielle, notamment en matière énergétique.
Avec malice, il conteste la supériorité naturelle du « modèle start-up » sur le « modèle amish ». Il décrit surtout la relance d’une promesse de progrès par la technique à partir du secteur du numérique. Face à cette offensive modernisatrice, l’écologie politique est prise dans une tension entre la fidélité à ses inspirations originelles et les exigences de la compétition électorale.
À propos de la 5G, le président de la République a choisi de réduire le débat à un conflit entre partisans du progrès et adeptes de la « lampe à huile » et du « modèle amish ». Comment comprenez-vous cette sortie de la part de quelqu’un qui se targue aussi de défendre l’environnement sur la scène internationale ?
François Jarrige : Cette petite phrase est à la fois anecdotique et révélatrice d’enjeux fondamentaux. Il y a trois manières complémentaires de la lire. Premièrement, il s’agit d’une phrase provocatrice, destinée à disqualifier des opposants politiques qui ont le vent en poupe. C’est l’aspect politicien de l’affaire, qui est aussi le moins intéressant.
Deuxièmement, cette phrase sert une rhétorique de la modernité dont Emmanuel Macron se veut le champion. Il ne la prononce pas devant n’importe qui mais devant un public qu’il courtise et dont il emprunte le langage, au moins depuis qu’il a été ministre de l’économie. On parle ici de grandes figures des start-up, de plus ou moins jeunes industriels du numérique, totalement technophiles, imprégnés d’une version très naïve de l’idée de progrès. Des années de philosophie des sciences ont beau aller à rebours de cette conception, cela n’empêche pas Macron de l’embrasser tant il veut apparaître comme le chef de la « tech française ». En plus de ses intérêts politiques, le président défend aussi ses intérêts sociaux.
Troisièmement, et encore plus profondément, cette phrase illustre à quel point nous assistons à une relance modernisatrice de l’idée de progrès autour des technologies du numérique. On retrouve, comme lors du XIXe siècle industriel, une identification du progrès au progrès des techniques, qui apparaissent comme une condition pour se projeter dans l’avenir. Et derrière cette idée du progrès, qui a toujours été en lutte permanente avec d’autres conceptions, il y a bien sûr des intérêts économiques très puissants. Loin de la mort de l’idée de progrès, on assiste à sa résurgence continue. Outre la 5G, ont ainsi été faites d’autres annonces concernant les smart cities, la filière hydrogène, etc.
Quels sont les intérêts et les croyances qui nourrissent cette résurgence ?
Cette fuite en avant me fait penser à ce que Evgeny Morozov a appelé le « solutionnisme technologique ». Nos problèmes collectifs sont censés être résolus par un recours croissant à l’innovation technique. En fait, ce recours révèle surtout que nous sommes incapables d’inventer d’autres rapports sociaux moins destructeurs du monde et de l’humanité.
Les responsables politiques sont très tentés d’adopter ce solutionnisme technologique, car ils donnent ainsi l’impression qu’ils peuvent agir sur le réel, alors que les crises que nous connaissons sont beaucoup plus systémiques et complexes à gérer. Cela tue le débat, que l’on devrait pourtant avoir sur nos choix techniques. Car évidemment que nous vivons et que nous avons besoin d’outils et d’équipements ! Il reste que le type de technique qu’on retient a des conséquences majeures. Il implique un type d’organisation sociale et politique, ainsi qu’un type de rapport à l’environnement, dont les incidences sont variables.
À cet égard, j’aurais presque envie de réévaluer le fameux « modèle amish » fustigé par le président de la République. De qui parle-t-on ? D’un groupe religieux persécuté en Europe, qui a développé des communautés rurales autarciques aux États-Unis. Ils ne sont pas contre la technique en général (en tout cas, ils sont certainement moins consommateurs passifs de la technique que vous et moi), mais pensent que les choix techniques doivent être subordonnés à des fins supérieures. En l’occurrence, il s’agit pour eux d’une conception de Dieu, de la tradition, de la préservation de leur identité… Mais on peut appliquer ce modèle en se fixant plutôt comme fins sociales l’égalité sociale et la préservation d’un monde vivant pas totalement détruit.
Débarrassé de ses scories théologico-politiques, le modèle amish vaut sans doute mieux que le modèle start-up, dans lequel le choix technique n’est encadré que par le marché.
Le confinement témoignait du fait que la prise en compte du risque faisait partie de l’horizon des gouvernants, quitte à assumer un coût économique considérable. Mais dès qu’il s’agit des innovations techniques telles que la 5G, ce raisonnement semble s’évanouir. Pourquoi ?
Parce que les risques ne sont pas de même nature. C’est vrai que l’on vit dans une société de l’hypersécurité sanitaire. Et avec le Covid, l’arbitrage est apparu assez simple : il s’agissait d’éviter des morts, ou d’assumer les conséquences de ne rien faire. Le politique a pris ses responsabilités, même s’il faut rappeler que durant cet épisode, les grands acteurs économiques mondiaux s’en sont bien sortis, et que les plus grandes victimes vont être les salariés, les plus précaires et les jeunes entrant sur le marché du travail.
En comparaison, les controverses techniques sont toujours plus complexes. Il est plus difficile d’emporter la conviction de la masse en invoquant des risques potentiels, que dans le cas d’une pandémie documentée par les médecins et les biologistes. Dans ce match déséquilibré, ceux qui imposent leur point de vue sont généralement les plus puissants, ceux qui ont le plus de ressources financières et médiatiques. Dans le cas de la 5G, on voit des choses bien connues : des conflits d’intérêts, une alliance entre un champ scientifique proche des milieux industriels et des acteurs économiques qui veulent des parts de marché, ainsi que des élus qui veulent montrer qu’ils peuvent agir.
📷 © La Découverte Quelles sont les singularités de la controverse de la 5G en comparaison à d’autres moments de remise en cause des choix techniques imposés à la société ?
On observe d’abord beaucoup de points communs avec toutes les fois où une grande infrastructure technique a été présentée comme réponse aux crises du moment.
Depuis la construction des grands réseaux de chemins de fer en passant par les autoroutes et le TGV, on repère les mêmes motifs argumentatifs : l’invocation du prestige national, l’identification de l’innovation au mieux-être, et la tyrannie du retard (il faudrait maintenir notre position vis-à-vis des autres puissances). Et systématiquement, ces grandes infrastructures sont promues par des acteurs économiques très puissants, avec des responsables politiques à la remorque.
Ce qu’il y a de singulier, c’est que depuis dix ou quinze ans, on voyait s’exprimer une nouvelle prudence, des doutes et des interrogations concernant la consommation numérique. Or, c’est justement sur ce terrain qu’un discours de relance technique est apparu. Depuis la sortie du confinement en particulier, on le voit s’exprimer sur un mode très offensif, comme dans une sorte de « stratégie du choc ».
Ne soyons cependant pas dupes : les solutions censées régler les problèmes finissent par en créer de nouveaux, et l’effet rebond annule souvent les gains énergétiques par un recours plus abondant aux technologies censées faire diminuer notre consommation. Rappelons que dans les années 1970, l’automobile a été fortement remise en question. Les industriels ont annoncé que grâce à l’innovation technique, il n’y aurait plus de pollution automobile au début du XXIe siècle. Évidemment, celle-ci a explosé depuis 30 ans.

Il n’y aura pas de démocratie technique sans transformations plus profondes

Les responsables politiques, expliquez-vous, ont de fortes incitations à adopter le « solutionnisme technologique ». Avez-vous été surpris que des maires écologistes, qui sont sous pression de milieux économiques imprégnés de cette vision du monde, s’engagent aussi clairement dans la fronde contre la 5G ?
Un peu, car c’est complexe et risqué politiquement de s’opposer aux offensives industrielles que nous venons d’évoquer. Dans la mesure où il s’agit d’élus loin d’être des radicaux, difficiles à caricaturer en extrémistes technophobes, cela témoigne du poids des préoccupations qui parcourent la société.
Il est d’ailleurs intéressant d’observer la nature des réactions à leur position somme toute modérée et prudente. Ils ne font qu’appeler à une règle de précaution, en posant une question saine : y a-t-il urgence à transformer si rapidement les infrastructures du numérique ? Cela suffit à ce qu’ils soient renvoyés du côté des Amish parce que leur intervention contrarie la tentative des grands industriels d’absorber la question écologique avec de nouvelles promesses, quand bien même ils figurent déjà parmi les principaux responsables du dérèglement climatique.
Sur le long terme, au-delà de la controverse sur la 5G, comment décrire les liens entre l’écologie politique et les mouvements technocritiques ?
Il faut d’abord rappeler que la technocritique, qui consiste tout simplement à faire de la technique un enjeu de débat plutôt qu’une fatalité, peut se trouver sur l’ensemble du spectre politique. C’est vrai aussi qu’elle est intimement liée à l’émergence de l’écologie politique, c’est-à-dire le moment où l’écologie passe d’un discours scientifique sur les équilibres du système Terre à un discours politique sur les rapports sociaux.
Dans les années 1970, avec l’apparition de partis, d’associations et d’ONG qui s’inscrivent dans cette ligne, la question technique est fondamentale, en particulier concernant le nucléaire. Les maires écologistes actuels qui alertent sur la 5G sont aussi des héritiers de cette histoire. Ils reproduisent la tentative de politiser la question de la technique, qui a été dépolitisée depuis un bon siècle puisqu’elle était censée être neutre et relever de la connaissance de spécialistes.
Le problème, c’est que cette question fondamentale pour les écologistes constitue également un des principaux points de blocage à l’égard du reste de la société. Lorsque vous attaquez les grandes promesses de salut par la technique, vous vous en prenez au renouvellement incessant des marchandises, à l’imaginaire et aux intérêts très puissants de la production. Cela peut se révéler impopulaire et vous exposer à l’accusation d’irresponsabilité.
Comment les écologistes ont-ils géré cette tension ?
Au fur et à mesure de leur institutionnalisation, les écologistes ont alterné entre, d’un côté, une fidélité à leur conscience politique profonde, à l’héritage d’une pensée assez radicale sur la technique, et de l’autre, les nécessités de s’inscrire dans le paysage politique et médiatique. Depuis quarante ans, une négociation permanente entre ces deux positions a lieu, qui n’est pas pour rien dans leurs divisions récurrentes.
Schématiquement, les puristes s’opposent à ceux qui adaptent leur rhétorique aux contraintes de la compétition électorale pour mieux se faire accepter. Il y a évidemment un dégradé de positions liées à cette adaptation, jusqu’à un Yannick Jadot appelant à défendre les champions industriels européens de cette technologie. Mais d’une certaine façon, les « vrais » écologistes, au sens de ceux qui cherchent à penser des formes de vie différentes, ont déserté le paysage politique national.
Ce qui ajoute à la confusion, c’est que désormais, tout le monde se réclame de l’écologie, y compris les adeptes du solutionnisme technologique. Ceux qui étaient en fait d’anciens opposants à l’écologie se repeignent désormais en ses partisans les plus « pragmatiques », renvoyant l’écologie classique du côté de la barbarie. Certains arguments en faveur de la 5G sont tout à fait dans cette veine, en invoquant des gains énergétiques pour justifier la multiplication d’objets fabriqués de façon industrielle.
📷 Jacques Ellul (1912-1994). © DR Sans parler de barbarie, n’y a-t-il pas des potentialités réactionnaires dans la critique de la technique ? Certains intellectuels, regardant d’un œil méfiant l’influence d’un penseur comme Jacques Ellul chez certains écologistes contemporains, soulignent le risque d’une remise en cause de la modernité tout entière, ou de négliger la critique du mode de production capitaliste dans lequel s’insère la technique.
Je sais que la figure d’Ellul est sans cesse utilisée pour formuler ces critiques. Mais franchement, il ne mérite pas l’anathème et les caricatures faites à son propos. Oui, il a pu prendre des positions conservatrices en raison de sa position de théologien protestant. Pour autant, il est faux de dire qu’il critique « la technique » en général dans son œuvre : il a lui-même écrit que ce serait enfantin. Ce qu’il met en cause, c’est surtout « le sacré transféré à la technique », c’est-à-dire le geste consistant à en faire le moteur de tous les changements sociaux et politiques.
En critiquant le « bluff technologique », il ne sépare pas la technique des rapports de domination. Simplement, dans le contexte des années 1950 et 1960, il souligne à quel point les systèmes capitaliste et soviétique sont tous deux caractérisés par une fascination pour le gigantisme productiviste et technique. Il révèle une identité profonde de ces deux modèles, ce qui lui vaut les foudres des libéraux comme des communistes.
À cette époque, le débat sur les machines s’était déjà refermé depuis longtemps sur l’usage fait de ces machines. Il y a ceux qui font confiance au marché, ceux qui veulent en socialiser la propriété, ceux qui disent que la représentation de tous les intérêts en présence règlera les conflits… Mais la neutralité des techniques est une illusion, elles méritent donc un débat plus profond sur leur pertinence intrinsèque. Ce n’est pas parce que c’est nouveau, plus efficace ou plus puissant que c’est mieux.
Sans doute, mais on peut comprendre les craintes de voir des technocritiques être instrumentalisées par des conservateurs cherchant à « naturaliser » des rôles sociaux et reproduire des hiérarchies sociales. Quels critères se donner pour éviter de telles récupérations ?
C’est vrai que la critique de la technique peut nourrir des fantasmes de restauration d’un ordre ancien, avec ses limites rassurantes (du moins pour ceux qui n’en souffraient pas trop). Ceci dit, je n’observe pas de mouvement conservateur et technocritique qui soit massif. C’est vrai aussi qu’il y a toujours eu des critiques de la technique venues de la droite, mais d’autres généalogies existent à gauche, comme l’a montré Serge Audier dans La Société écologique et ses ennemis (voir notre entretien vidéo).
Il n’y a donc aucune fatalité à ce que tous les pans de la modernité soient emportés par la critique de certains de ses aspects les plus destructeurs de notre monde. On peut faire le tri entre des limites de droite et des limites de gauche à la marche du « progrès » : les premières sont excluantes et discriminantes, tandis que les secondes font disparaître des aliénations, favorisent l’égalité des conditions.
Sur quelles conditions et principes devrait reposer une authentique démocratie technique ?
En tant qu’historien, je rappellerai d’abord que jusqu’au milieu du XIXe siècle, alors que nous ne pouvions pas parler de sociétés démocratiques, les choix technologiques étaient davantage partagés et adaptés aux besoins locaux qu’aujourd’hui. L’idée même de technique, ou en tout cas de progrès technique, n’existait pas, elle était renvoyée à un savoir-faire, y compris en dehors du champ de la production.
C’est par la suite, parallèlement à l’industrialisation et à l’extraction croissante de ressources fossiles, que la technique est devenue l’objet d’une expertise, d’une compétence exclusive. Dans ce contexte, l’idée même de démocratie technique n’avait pas de sens car les techniques étaient censées être neutres et maîtrisables uniquement par la science. Cela a changé dans les années 1970 avec l’émergence de la problématique du risque, et le militantisme dont nous avons parlé, notamment s’agissant du nucléaire. Divers dispositifs ont été proposés par les États pour éclairer les élus et mieux prendre en compte la population.
Cependant, il est clair que quelques réformes institutionnelles, même beaucoup plus ambitieuses, ne suffiront pas. C’est l’ensemble des conditions de production et de diffusion des techniques qu’il faudrait changer. Cela s’avère beaucoup plus difficile qu’il y a deux siècles, tant les inégalités se sont creusées entre les usagers des techniques et ceux qui les fabriquent et les diffusent. Les décisions se prennent aujourd’hui à des échelles telles que les conférences-débats, ou même les controverses médiatiques, apparaissent dérisoires.
Le discours de Macron sur la lampe à huile, et sa façon de refermer le débat tout en prétendant qu’il aura lieu, est très révélateur. On nous serine que la pluralité des avis sera prise en compte, mais c’est du vent. Et pour cause : au-delà de la technique en tant que telle, la réponse aux crises de nos sociétés exige de transformer nos conditions de production, les règles du commerce international, notre rapport au monde vivant… Vouloir commencer par la démocratie technique, ou l’isoler de toutes ces dimensions, n’aurait pas de sens.
submitted by toncontact99 to FrenchTech [link] [comments]

AITA for expecting my mother's car?

Background info: I (Australian, 26) am a school teacher on 73k a year. My wife (25) is a consultant in the private sector on 69k a year. I feel like this is important to tell you, because this matter is mostly financial.
So myself and my (highschool sweetheart) wife are very lucky on the automobile front. We have never had to buy a car. In 2012, when I was in high school, my father gave me a 1995 Mazda. We were over the moon and incredibely grateful. In 2016, when we were doing our second last year or uni, our car had died so my now mother-in-law gave us our second car, a 2001 model car. Again, we were incredibely grateful for this.
Now, it's 2020, and our car has been on its last legs for a while now.
Anyway, in February of this year, my mother said she was going to buy a brand new car, which is whatever. She has a high paying job, along with my step-fathers high paying job. They are very blase with money, and have almost always been paying off the finance of a car, because they get bored prior to finishing the payments. Mum's car was a little 2015 car, with the final payment finishing in March 2021.
I asked if I could buy her car off of her when she does this, so that we could have a second car, and also a back up plan if our 2001 car decided to die. She agreed, and said that I would either; a) take over the loan in my name, b) pay the remaining loan out in cash if possible, or c) take out my own personal loan to pay mum
This would mean I would be getting a pretty good deal. The remaining on the loan was 6.5k in February, and they retail now for about 8-10k.
So with everything going on with the world and whatever, my mother drew this process out, and finally bought just this weekend gone. Throughout this entire process, I would ask her every time I spoke to her if she had sorted out the car. She brushed it off, mostly because she never needed a new car, it was just something fun for her to do.
So the day before she bought her new car, ours broke down on the side of the road. It was dark, and while we waited for a tow truck to arrive I rang my mum to let her know where i was incase anything further happens. But when I rang my mother to let her know we had broken down, she told me that she was getting her new car the next day. I was overjoyed, and ask if I can just take my car straight to the dump/tip to sell for metal and she told me that she was just going to trade her old car in. I was shocked. I asked why and she said it was just a smoother process, explaining that she wouldn't have to do anything else. She also said how so much work the car salesman said needed to be done to it so she only got what was left on her loan, so she didnt end up financially ahead than if she would have sold it to me. I am still really annoyed, hurt, frustrated over this. AITA? And WIBTA if I confronted her about this? And explain how I feel like I've been ripped off? Or am I being a brat?
submitted by Not-A-Water-Bottle to AmItheAsshole [link] [comments]

Paradoxe de Jevons et effet rebond

Paradoxe de Jevons et effet rebond
Après m’être attaqué au greenwashing et à la neutralité carbone, il est grand temps de s’attaquer au 3ème élève du triptyque ‘je change rien, pas besoin !’. Ainsi, je vous présente ‘l’efficacité énergétique‘. Plus subtile, plus fourbe que les deux premiers, mais terriblement efficace et très utilisée par nos pollueurs favoris. Pourtant, et ce message s’adresse avant tout aux apprentis Laurent Alexandre : vous ne pouvez pas être crédibles si vous ne connaissez pas le Paradoxe de Jevons.‘La technologie va nous sauver !!’ ”Avec la 5G on va sauver la planète” ”Je vais pouvoir regarder Hanouna au fin fond de la forêt !!!!”’. On. Se. Calme les Cornucopiens.

Qu’est-ce que le paradoxe de Jevons ?

William Stanley Jevons est devenu célèbre grâce à un essai publié en 1865 intitulé The Coal question. Célèbre car le paradoxe de Jevons est de plus en cité dans les débats économiques, maintenant que la question climatique est sur la table. Le concept du paradoxe de Jevons est très simple :

https://preview.redd.it/8bsw3lv2tyq41.png?width=627&format=png&auto=webp&s=a68ce9073219fa89273a8825f746a750d572afab
Le graphique ci-dessus permet d’illustrer le paradoxe de Jevons. Il montre le coût d’une unité de lumière artificielle (une heure d’éclairage équivalente à une ampoule à incandescence moderne de 100 watts) en Angleterre au cours des 700 dernières années. L’unité monétaire est le Pound, ajusté pour tenir compte de l’inflation. La baisse spectaculaire des coûts reflète une augmentation tout aussi spectaculaire de l’efficacité.
Ajusté de l’inflation, l’éclairage au Royaume-Uni était plus de 100 fois plus abordable en 2000 qu’en 1900 et 3 000 fois plus qu’en 1800. Autrement dit, parce que les centrales électriques sont devenues plus efficaces (menant donc à une électricité moins chère), et parce que les nouvelles technologies d’éclairage sont devenues plus efficaces et produisent plus de lumière utilisable par unité d’énergie, une heure de salaire pour le travailleur moyen achète aujourd’hui environ 100 fois plus de lumière artificielle qu’il y a un siècle et 3 000 fois plus qu’il y a deux siècles.

Efficacité énergétique et paradoxe de Jevons

Toute cette efficacité signifie-t-elle que les Anglais consomment moins d’énergie pour l’éclairage ? Absolument pas. La baisse des coûts a entraîné une augmentation considérable de la demande et de l’utilisation. Par exemple, le résident moyen du Royaume-Uni en 2000 a consommé 75 fois plus de lumière artificielle que son ancêtre en 1900 et plus de 6 000 fois plus qu’en 1800.. Une grande partie de cette augmentation s’est faite sous forme d’éclairage extérieur des rues et des bâtiments. Nous sommes donc en plein paradoxe de Jevons : les fortes augmentations de l’efficacité ont entraîné de fortes réductions des coûts et de fortes augmentations de la demande d’éclairage et de la consommation d’énergie.
Depuis de nombreuses années, le discours sur l’efficacité énergétique joue un rôle important dans notre société et notre économie : il permet la croissance. L’idée d’efficacité permet à la plupart des gens de croire que nous pouvons doubler ou quadrupler la taille de l’économie mondiale tout en réduisant la consommation d’énergie, la production de déchets et l’épuisement des ressources. L’efficacité est l’un des mythes les plus importants de notre civilisation en matière de bullshit. Le concept d’efficacité sans limite a été déployé pour donner le feu vert au projet de croissance sans fin, si cher à nos politiques.

Le fameux effet rebond

Le paradoxe de Jevons est très souvent exprimé dans la presse par ‘effet rebond’. Le principe est sensiblement le même. Prenons l’exemple d’une voiture. Elle utilisait 17 litres au 100, et utilise désormais 10 litres au 100. Cela va coûter moins cher de parcourir la même distance, et demander moins de litres d’essence. En revanche, fort de son économie, le conducteur aura tendance à plus conduire et à rallonger les distances parcourues, créant ainsi un effet rebond dans la demande d’essence.
PS : si vous voulez étaler votre confiture en soirée, vous pourrez expliquer qu’il y a une différence entre le paradoxe de Jevons et l’effet rebond : le paradoxe de Jevons est vrai quand l’effet rebond est supérieur à 100%, dépassant ainsi l’efficacité énergétique des gains. Si on vous demande qui vous l’a dit, dites Blake Alcott.

Effet rebond direct et indirect

Il est important de distinguer l’effet rebond direct du rebond indirect. Prenons l’exemple de notre ami qui surfe sur internet : le fait de passer de sa connexion 1 MO à la fibre optique fera qu’il passera 10 fois moins de temps à télécharger sa chanson d’Aya Nakamura. En revanche, le temps gagné sera réinvesti dans la même activité : au lieu de télécharger une chanson, il en téléchargera 10. Résultat : mêmes consommation énergétique, même émissions de GES (et 10 fois plus de pollution auditive, parce qu’Aya Nakamura, c’est vraiment de la merde pas top).
En revanche, les effets indirects sont beaucoup plus difficiles à calculer et à estimer. Imaginons qu’un fournisseur internet innove et trouve le moyen de vous vendre un forfait internet non plus à 30€/mois, mais à 10€. Ces 20€ économisés seront très certainement réinvestis ailleurs. Vous le voyez venir, le Michou qui a économisé 300€ d’internet, et qui va pouvoir se payer un aller-retour Paris-Marrakech pour le week-end ? Il a FREE, il a tout compris.
La comptabilité carbone est un vrai casse-tête chinois, je vous recommande à nouveau une vidéo de JM.Jancovici sur ce sujet. C’est souvent ce que l’on reproche au paradoxe de Jevons : le concept est très simple à comprendre, beaucoup plus dur à démontrer avec des chiffres, surtout quand les effets sont indirects. Comme d’habitude, je ne me suis pas arrêté à la définition wikipédia. Si vous voulez creuser, voir des chiffres, des papiers de 30 pages, c’est ici, ou ici.

Efficacité énergétique : bullshit Postulat de Khaazoom- Brookes

Comme le paradoxe de Jevons, le postulat de Khazzoom-Brookes est une déduction très contre-intuitive à propos de l’efficacité. Quand les individus changent de comportement et commencent à utiliser des méthodes et appareils qui sont plus efficaces énergétiquement, il y a des cas où la consommation énergétique augmente vraiment au niveau macro-économique.
Une meilleure efficacité énergétique peut augmenter la consommation d’énergie de trois manières. Premièrement, une meilleure efficacité rend l’utilisation de l’énergie relativement meilleur marché. Deuxièmement, une meilleure efficacité induit une augmentation de la croissance. Troisièmement, une meilleure efficacité dans un « goulet d’étrangement » multiplie l’utilisation de toutes les technologies, produits et services qui étaient limités.
Les travaux de Khazzoom et Brookes commencèrent après les crises pétrolières de l’OPEP en 1973 et 1979, lorsque la demande pour des automobiles à plus faible consommation commença à augmenter. Bien qu’une meilleure efficacité énergétique par véhicule fut obtenue, la consommation globale continua à augmenter. Inutile de rappeler le lien entre consommation d’énergie et PIB, ni ce que je pense de la Croissance verte.

https://preview.redd.it/t3rox7betyq41.png?width=648&format=png&auto=webp&s=a5c8754d011b6f1a85673eac2fe17b4d4db19633

Illusion de la Backstop technology

Enfin, un dernier point sur un élément de langage qui fait encore bien trop partie du vocabulaire du déni face au changement climatique. Bien trop de personnes pensent encore que nous allons découvrir une technologie parfaitement propre, qui nous permettra d’avoir une énergie illimitée, et de continuer notre train de vie (écocide). Cette technologie propre, c’est ce que Nordhaus appelle la backstop technology. Cette fameuse technologie salvatrice qui va tous nous sauver.
J’ai une mauvaise nouvelle pour vous : nous n’avons pas l’ombre d’une trouvaille de ce côté-là. Si un ami vous dit que la fusion nucléaire c’est pour demain… Visiblement, les plus optimistes tablent sur des débuts d’expérimentation début 2040. Donc cela sera fonctionnel en… 2050 ? En attendant, nous sommes en 2020, et les scientifiques ne savent toujours quels matériaux vont permettre de contenir la fusion sur le long terme.

Le mot de la fin

Au même titre que d’autres ouvrages, comme The Limits to Growth, ou encore De la démocratie en Amérique, je ne peux que vous recommander de lire ‘The Coal question’ de Jevons. Son livre est bien plus que les 5 phrases auxquelles on se réfère lorsque l’on parle du paradoxe de Jevons. Il y évoque la souveraineté énergétique, les vagues migratoires de population dûes à l’énergie, la consommation et la fin de l’abondance énergétique. Ces questions sont plus que jamais d’actualité, et si nous ne changeons pas, il ne faudra pas faire les étonnés quand 150 millions de migrants climatiques frapperont à notre porte.
J’insiste à nouveau sur la nécessité de repenser notre consommation, et d’avoir en tête le paradoxe de Jevons lorsqu’une personne vous parlera d’efficacité énergétique. J’ai eu le plaisir de débattre avec des ingénieurs du secteur automobile, de l’aviation, et ils ne connaissaient pas ce paradoxe. C’est à la fois triste, mais aussi une bonne nouvelle ! Je souhaite que chaque ingénieur, chaque créateur ait en tête les conséquences sociétales et environnementales que peut avoir son travail, et rectifient le tir, pendant qu’il est encore temps.
submitted by filsdeBalkany to france [link] [comments]

Etats Unis, Colorado : casse automobile Les cimetières de voitures abandonnées en France - Urbex ... LE circuit automobile le plus dangereux au monde en Chine ... Visite d'une casse automobile - YouTube Pierre Pasco , G.M.Boisbriand, Claude Ducharme syndicat des travailleurs unie de l`automobile,

Hier sollte eine Beschreibung angezeigt werden, diese Seite lässt dies jedoch nicht zu. L'Union européenne doit rester unie face aux menaces protectionnistes de Donald Trump et ne doit entamer de discussions avec Washington que si elles sont levées, a indiqué vendredi Bercy.Cette ... Uvoz automobila: Kalkulator za izračun cijene rabljenih automobila kod uvoza iz Europske Unije: U cijenu su uračunati svi troškovi i davanja prilikom uvoza koji vrijede od 1.1.2017. godine. Find your next used car on AutoScout24. Search for used cars, new cars, motorcycles and trucks on Europe's biggest online vehicle marketplace. The legal basis. The new EU vehicle type-approval framework applies across the EU from 1 September 2020. Regulation (EU) 2018/858 of 30 May 2018 on the approval and market surveillance of motor vehicles and their trailers, and of systems, components and separate technical units intended for such vehicles, amending Regulations (EC) No 715/2007 and (EC) No 595/2009 and repealing Directive 2007/46/EC

[index] [159] [1206] [222] [989] [632] [1229] [2328] [3599] [987] [4201]

Etats Unis, Colorado : casse automobile

29 juin 2007 Rushes du film « Home » :Dans la banlieue de Denver, casse automobile où les voitures sont rangées sur des sortes d'étagères. Images d'archive INA Institut National de l ... Découvrez ces casses de campagne qui pour certaines travaillent encore à l'ancienne avec bonne humeur et savoir faire. Mais trouver un repreneur n'est pas to... i not own any videos cr: all right reserved song: 515 UNITE Mobile Legends Theme Song edited by me. ID ML: 277593419(9449) NICK: ᴳᴿstyle's babe Also follow m... Visite d'une casse automobile La vidéo originale d'Ari Vatanen sur Peugeot 405 Turbo 16 GR à la course de côte de Pikes Peak aux USA dans le Colorado en 1988, avec un temps de 10' 47" 77,...

#